dimanche 24 juillet 2016

Moins de coureurs par équipe ?

Ce 23 juillet, après la victoire écrasante de l'équipe SKY sur un des Tour de France des plus ennuyeux, Christian PRUDHOMME lance un appel pour réduire les équipes à 8 coureurs, au lieu de 9 actuellement.

L'enjeu annoncé est clairement de ne plus avoir d'équipe surpuissante qui cadenasse la course dans les cols...

Cette mesure va-t-elle changer la donne ? Une équipe comme SKY qui est construite autour du Tour serait vraisemblablement tout aussi efficace à 8 qu'à 9. Il n'y a qu'à regarder le nombre de coureurs capables d'accompagner FROOME sur le TDF 2016 dans les étapes de montagne : HENAO, POELS, THOMAS, NIEVE, LANDA. 5 coureurs là où les autres équipes n'avaient tout au plus, plus qu'un équipier...

Pour que cette mesure soit véritablement efficace, peut-être faudrait-il descendre à 6 coureurs. Il serait alors difficile pour une équipe de contrôler la course, tout au long de 3 semaines, avec des parcours variés.

Il y a d'autres avantages. Actuellement, l'équipe est composée de rouleurs et de grimpeurs pour protéger les leaders. Avec seulement 6 équipiers, probablement, il n'y aura pas assez de rouleurs pour maintenir le leader en tête de course lors du final des étapes de plaine. Ce point à fortement été critiqué par les coureurs eux-même cette année, notamment CAVENDISH, 4 victoires et SAGAN, 3 victoires et Champion de Monde en titre qui ont pointé du doigt le danger que ces équipes faisaient prendre à l'ensemble du peloton à l'approche du sprint.

Avec seulement 6 coureurs, pour 22 équipes, on passe de 198 à 132 coureurs. L'amélioration des conditions de sécurité est radical.

On pourrait passer de 2 voitures par équipe à 1. Les conditions de sécurité seraient alors encore être renforcées, réduisant considérablement pas la même occasion l'impact environnemental (22 voitures en moins !).

Probablement, l'ajout de d'équipes supplémentaires pourrait être un bon compromis, portant le nombre de coureurs à 156 par exemple avec 4 teams de plus.

On peut imaginer qu'avec 6 coureurs, les équipes seraient contraintes de bâtir des "alliances" pour faire la course. On peut également estimer que les coureurs prendraient d'avantage le contrôle de la tactique de course plutôt que d'obéir aux ordres qui transitent via les oreillettes. Les sensations et l'analyse des forces en présence dans les différents groupes, pelotons devraient reprendre le dessus. On aurait des courses palpitantes comme on en voit sur les courses d'un jour comme les Championnats du Monde ou les Jeux Olympiques.

L'un des principaux problèmes avec les effectifs réduits est lié au risque d'abandons en série qui pourrait disséminer prématurément une équipe (chute, maladie, etc). C'est toutefois un avantage car cela pourrait limiter les abandons pour "convenance" comme on en voit parfois, et notamment cette année avec la proximité avec les JO justement.

Pour palier à ce problème, il pourrait être autorisé d'avoir 2 coureurs en réserve sur les Grands Tours de 3 semaines. Ces 2 coureurs pourraient entrer en action lors de la première semaine uniquement et sur abandon lié à une chute avec incapacité de continuer (sur fracture).

Aucun commentaire: