dimanche 16 mars 2014

Ce Paris Nice 2014 a mis en valeur les acteurs et tenu en haleine les spectateurs

Retour sur les bonnes recettes de ce beau PARIS NICE 2014 :
  • les boucles finales avec plusieurs passages
  • les sprints bonifications, notamment en cours d'étape, à des points clefs pour dynamiser la course (en bas d'une descente, après un sommet, etc)
  • l'absence de CLM
  • l'absence d'arrivée au sommet
Merci à ASO d'avoir testé ce type de parcours proposé en août 2012.

Sur Paris Nice 2014, grâce à l'absence d'étape permettant de creuser un écart rédhibitoire, on a vu une course avec de l'envie, de la motivation, du panache. Chacun a essayé de prendre sa chance avec ses propres moyens. La course a été époustouflante. Pour gagner, il fallait savoir courir, se placer, produire l'effort au bon moment. Il y a eu 4 porteurs du Maillot Jaune différents sur la semaine.

NIBALI et ASTANA ont été très bons. Le comportement de NIBALI a été remarquable, lui qui a plutôt le profil du rouleur grimpeur pouvant gagner les épreuves avec arrivée au sommet et CLM. Il s'est prêté au jeu avec classe. Il a relevé le challenge avec brio, en étant toujours très offensif. Sa tactique, tout comme celle de CHAVANEL, en tant que rouleur était la bonne. Ils devaient se dévoiler en prenant des risques de loin.

Les puncheurs et les sprinteurs ont pu être mis en concurrence avec succès pour le gain de l'épreuve. On a eu un match serré jusqu'à jeudi puis le parcours a naturellement tourné à l'avantage des puncheurs (5 étapes à leur avantage contre 3 à l'avantage des sprinteurs) le vendredi. On a vu les sprinteurs s'accrocher sur les épreuves difficiles, mais accessibles, pour viser une nouvelle victoire ou ravir le maillot jaune (DEGENKOLB, COQUARD).

Certains coureurs comme Philippe Gilbert, MORENO, D. MARTIN, EVANS ne se sont pas alignés sur ce PARIS NICE. Pourtant, on peut imaginer qu'ils avaient là une bonne chance de briller...

Les coureurs qui ont été projetés sur le devant de la scène sont réputés être offensifs, volontaires. Ce sont des coureurs que l'on a l'habitude de trouver à l'avant de la course, dans les échappées ou pour dynamiser la course.

La course était clairement plus ouverte, plus indécise, défiant tous les pronostics... De très bons coureurs ont su saisir la chance de briller sur une épreuve qui pouvait sourire à tous, une course non réservée aux spécialistes du chrono ou des cols de haute montagne.

Une remarque concernant tous ces coureurs tels que PORTE ou autres soi-disant "grands" coureurs du peloton actuel qui ont déserté l'épreuve. Peur de ne pas exister sur l'épreuve ? Ou plus risqué de ne pas récolter de précieux points UCI ? Une victoire ou une place au classement général est beaucoup plus facile à obtenir sur une épreuve stéréotypée avec CLM et arrivée au sommet. Il n'y a que quelques prétendants...

Proposé à ASO le 16/03/2014.

Aucun commentaire: