dimanche 7 août 2016

Les capteurs de puissance n'aiment pas les changements de rythme

Le moindre vent, le moindre changement de pente, le moindre abri fait varier la puissance nécessaire pour maintenir la vitesse de progression.

Sur un long col régulier, il est ainsi plus aisé de maintenir un rythme, un niveau de puissance, relativement constant.

Les parcours qui font la part belle à ces cols favorisent ainsi le dessein des équipes les plus fortes qui peuvent imposer un rythme élevé pour réduire le risque d'être attaquées. Les capteurs de puissance sont pour elles d'une aide précieuse.

L'effet que l'on peut craindre est que les étapes de montagne ne livrent plus qu'un spectacle pour la victoire d'étape, pour peu que des écarts soient déjà existants afin de favoriser les échappées. Dans le groupe des favoris, on observera plus une course d'usure, plus fade, qui aura pour effet maximum l'élimination de 2 ou 3 concurrents par l'arrière en cas de défaillance.

Le talon d'Achille des capteurs de puissance est la course de mouvement durant laquelle il n'y a pas la possibilité à un rythme de s'installer. Le terrain de jeu doit permettre les relances, doit être le plus changeant possible, avec des cotes courtes (moins de 10 minutes d'ascension) plutôt que des longs cols, ou des circuits, avec des virages nécessitant d'usantes relances.

samedi 6 août 2016

La faute aux oreillettes ?

Il y a un avantage aux oreillettes qui les rend absolument indispensables, la sécurité !

A l'extrême, la course ne doit pas être "pilotée" par des ordinateurs depuis la voiture des directeurs sportifs...

Probablement est-il possible d'avoir des courses sans les oreillettes, comme celles sur circuit. On peut imaginer 2 ou 3 passages intermédiaires qui donnent les écarts au passage des coureurs.

Pour les autres épreuves, on pourrait veiller à ce que leur utilisation ne prenne pas le pas sur la course et le spectacle : celui de champions qui bataillent à la pédale, avec panache !

Une des actions qui permet de limiter l'effet des oreillettes sur le déroulement de la course est de réduire considérablement le nombre de coureurs par équipe car la force collective a aujourd'hui pris le pas sur le champion. 6 serait-il le bon équilibre ?

On peut également imaginer de couper la liaison technologique entre les coureurs et leur directeur sportif. La direction de course donnerait les informations, principalement de sécurité aux coureurs. Les coureurs ne pourraient plus émettre mais simplement recevoir.

mercredi 27 juillet 2016

Un autre palmarès pour le TDF

Ceci n'est pas le classement officiel mais un classement remanié suivant les idées présentées sur ce blog...

Vainqueur au temps (Maillot Jaune) :
2012 : WIGGINS
2013 : "FROOME"
2014 : NIBALI
2015 : QUINTANA
2016 : FROOME

Vainqueur aux points (Maillot Vert)
2012 : SAGAN
2013 : SAGAN
2014 : NIBALI
2015 : SAGAN
2016 : SAGAN

Meilleur sprinteur (Maillot Bleu)
2012 : SAGAN
2013 : CAVENDISH
2014 : SAGAN
2015 : GREIPEL
2016 : SAGAN

lundi 25 juillet 2016

TDF 2016 : FROOME vainqueur au temps

Ce classement au temps n'est pas officiel. Pour le définir, le temps sur les étapes de plaine n'est pas comptabilisé. En 2016, ce sont 9 étapes sur les 21 qui n'ont donc pas d'influence sur le classement général, près d'1 étape sur 2.

Rg Classement Tps Off Pos E1 E3 E4 E6 E10 E11 E14 E16 E21
1 FROOME 0 0 = 0 0 0 4 579 0 0 0 0
2 BARDET 249 245 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
3 QUINTANA 255 261 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
4 YATES 266 282 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
5 PORTE 311 317 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
6 RODRIGUEZ 349 418 -1 0 0 0 4 579 69 0 0 0
7 MEINTJES 349 418 -1 0 0 0 4 579 69 0 0 0
8 VALVERDE 370 376 2 0 0 0 4 579 6 0 0 0
9 MARTIN D. 418 424 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
10 KREUZIGER 425 431 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
11 MOLLEMA 787 793 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
12 HENAO 1125 1131 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
13 ARU 1154 1160 = 0 0 0 4 579 6 0 0 0
14 REICHENBACH 1430 1499 = 0 0 0 4 579 69 0 0 0

Au niveau des bonifications, FROOME a gagné 22'', BARDET 10''. RODRIGUEZ a obtenu 10'' et a ainsi pu dépasser MEINTJES qui a fini bredouille.

Le résultat en 2016 est stupéfiant ! Le classement au temps (Pos) en retirant ces 9 étapes de plaine est quasi identique au classement général officiel. Le TOP 5 est le même. Dans le TOP 10, il y a simplement un gain de position pour MEINTJES et RODRIGUEZ au détriment de VALVERDE. Ce changement est le fait de l'étape 11, très venteuse, qui a vu des cassures dans le peloton. MEINTJES et RODRIGUEZ sont les 2 seuls coureurs qui se sont laissés surprendre. En annulant cet écart, ils repassent tous les 2 devant VALVERDE.

Sur ce TDF 2016, la proposition de limiter les étapes de plaine à une course aux points, sans enregistrer les écarts en temps, n'aurait absolument rien changé au TOP 5. En revanche, les conditions de sécurité auraient été très largement améliorées, les équipes jouant le classement au temps étant libérées de l'obligation de participer à l'emballage final.

On peut ainsi imaginer qu'avec plus de fraîcheur, ces leaders auraient plus eu les moyens d'attaquer, impliquant un TDF plus animé, notamment lors des étapes de montagne, très peu spectaculaires en 2016.

dimanche 24 juillet 2016

TDF 2016 : SAGAN meilleur sprinteur

Ce classement du meilleur sprinteur se définit à l'arrivée des étapes de plaine uniquement et lors du sprint intermédiaire de chaque étape. Le barème de points est le même que celui actuellement en vigueur sur le TDF ; jusqu'à 50 points aux arrivées et jusqu'à 20 points sur le sprint en cours d'étape.

Ce classement est nouveau car il n'existe pas actuellement. En effet, le Maillot Vert désigne le vainqueur du TDF aux points. Voici donc un nouveau maillot distinctif : le Maillot Bleu du meilleur sprinteur.

En 2016, il y a 9 étapes de plaine, un record. Voici le classement sur ce TDF.

Rg Classement 1st 2nd 3rd Pts S Pts i Tot Ecart
1 SAGAN Peter 2 2 3 386 68 454 =
2 KITTEL Marcel 1 2 0 227 15 242 =
3 MATTHEWS Michael 1 0 0 140 64 204 =
4 KRISTOFF Alexander 0 2 1 186 9 195 -1
5 GREIPEL André 1 1 0 162 26 188 1
6 COQUARD Bryan 0 1 1 148 24 172 =
7 DE GENDT Thomas 0 0 0 12 77 89 =

Pour l'analyse, l'origine des points est précisé. Il y a les points issus du sprint à l'arrivée des étapes de plaines (Pts S) et les points issus des sprints intermédiaires (Pts i).

Toutes les étapes de plaine ont été remportées par les sprinteurs, comme chaque année depuis 2012 au moins.

Dans ce classement, il manque CAVENDISH et ses 4 succès d'étape. Avec 293 points, il occuperait la 2ème place. Il aurait pu tenter un 5ème bouquet à PARIS et se rapprocher un peu plus du record de victoires de MERCKX mais il a préféré abandonner pour se préparer pour les Jeux Olympiques.

SAGAN, champion du monde en titre, a surclassé ses adversaires : 7 podiums en 9 étapes plus une 4ème et une 6ème place. Même si CAVENDISH avait remporté un 5ème succès, il n'aurait pu rivaliser. Chapeau SAGAN !

MATTHEWS monte sur la boîte grâce aux points récupérés sur les étapes vallonnées et notamment lors de 2 échappées auxquelles il s'est mêlé.

COQUARD est encore en progrès par rapport aux années précédentes. Sur un TDF qui faisaient la part belle aux sprinteurs avec 9 étapes à se départager, il était en concurrence avec l'ensemble des meilleurs sprinteurs du peloton actuel. Il a réussi 2 podiums contre 1 l'année précédente et est passé tout près de la victoire (à 20 mm)... 2017 devrait lui permettre d'ouvrir son compteur sur le Tour.

Il ne manquait que BOUHANNI à l'appel des sprinteurs. Il faut noter la bonne performance de son poisson pilote, LAPORTE, qui parvient à se classer 8ème avec 86 points. COFIDIS pourra malgré tout nourrir des regrets de ne pas avoir eu son sprinteur maison sur l'épreuve.

Enfin, le premier baroudeur, DE GENDT comme en 2015, figure au 7ème rang. Ce classement du meilleur sprinteur, Maillot Bleu, est cohérent car les baroudeurs ne jouent pas les premiers rôles. Tactiquement, les baroudeurs d'une équipe peuvent jouer les trouble-fêtes et défendre les intérêts d'une équipe. Celà peut être le cas pour DE GENDT qui peut défendre la position de GREIPEL qui ne prend que rarement les échappées.